Charlize Theron a failli jouer dans… Showgirls !

Lors d’une interview, le réalisateur Paul Verhoeven est revenu sur le bashing subi par Elizabeth Berkley après Showgirls et a, au passage, révélé, que Charlize Theron avait également été à deux doigts de décrocher le rôle…

Aujourd’hui, le nom de Charlize Theron est célèbre à travers le monde. La star, récompensée d’un Oscar pour Monster en 2003, a su se tracer une carrière solide avec des rôles différents et toujours ambitieux, allant de The Yards à Mad Max : Fury Road. Mais, il y a 20 ans, en 1995, Charlize Theron n’était encore qu’une débutante qui venait de tourner ses premiers films, Les Démons du Maïs 3 et Deux jours à Los Angeles. 

Mais, à cette même époque, l’actrice aurait déjà pu voir sa carrière prendre un tournant radical. Et pas forcément pour le mieux. En 1995, Theron avait effectivement auditionné pour décrocher le rôle principal d’un film qui a fait couler beaucoup d’encre : Showgirls. Lors d’une longue et passionnante interview accordée au New York Daily News, le réalisateur Paul Verhoeven est ainsi revenu sur la genèse du film : “Charlize aussi avait auditionné et je ne me souviens pas qu’elle ait eu un quelconque problème avec la nudité [qui allait avec le rôle]. Elle était bien et elle voulait le rôle mais, en gros, elle n’était pas assez connue à l’époque et ne convenait pas au rôle, donc nous avons dit non“. 

=> Ces acteurs révélés par le cinéma d’horreur 

Charlize Theron dans Showgirls, le film très controversé et très critiqué de Verhoeven, cible des attaques et souvent cité comme l’un des pires films jamais réalisé ? C’est bel et bien ce qui aurait pu se produire. Verhoeven réalise d’ailleurs la portée positive de ce que l’actrice a pu, à l’époque, ressentir comme un échec : “J’admire énormément Charlize mais si elle avait eu le rôle, elle aurait probablement été attaquée de la même manière dont ils ont traité Elizabeth [Berkley]. Elle a été très chanceuse de ne pas obtenir ce rôle. Je la félicite vraiment parce que sinon elle aurait passé les 20 dernières années à se morfondre.”

Cela paraît presque insensé aujourd’hui mais, à l’époque de Showgirls, Elizabeth Berkley était beaucoup plus connue que Theron, une petite vedette qui aurait pu devenir grande. Grâce à son rôle dans Sauvés par le gong, celui de la piquante, féministe et badass Jessie Spano, l’actrice avait conquis le public et réussit à décrocher, après la fin de la série, le convoité rôle de Nomi Malone, l’héroïne de Showgirls qui cherche à devenir danseuse exotique à Las Vegas. Un bon moyen pour elle de décoller son étiquette de fille sage et de montrer ce dont elle était capable sur le grand écran. 

Ce n’est malheureusement pas ce qui se passa. Le film, véritable flop au box-office, déclencha un raz-de-marée critique qui enterra Berkley et la carrière qu’elle aurait pu mener, d’un coup d’un seul. Après cette expérience, l’actrice n’a d’ailleurs jamais vraiment réussi à rebondir.

Cet acharnement dont Berkley a été victime, Verhoeven en a plus que conscience : “Showgirls a clairement ruiné la carrière d’Elizabeth Berkley. [Cette expérience] a rendu ma vie plus difficile mais pas au même degré qu’Elizabeth a été touchée. Hollywood lui a tourné le dos. De nouveaux rôles ne lui ont jamais été offerts, donc il était impossible pour elle de faire un comeback.”

Pour le réalisateur, son actrice n’aurait d’ailleurs pas dû avoir à subir un tel placardage et de telles critiques quant à son jeu alors que c’est lui qui lui avait donné la direction à prendre, à savoir une direction faite d’exagérations : “Si quelqu’un devait être blâmé, cela aurait dû être moi parce que c’est moi qui ai pensé qu’il était intéressant de représenter son personnage ainsi (…) C’est moi qui ait demandé à Elizabeth de faire tout ça, d’être abrupte et de jouer en ce sens, mais les gens n’ont, depuis, cessé de l’attaquer sur ces points-là.”

Ce n’est pas pour autant que Verhoeven regrette Showgirls. Avant la débâcle et la sortie du film, le réalisateur cherchait d’ailleurs à en faire une suite qu’il aurait appelée Bimbos. Il explique aussi avoir volontairement cherché à donner à son film ce sens de l’exagération qu’on voit autant au niveau de la nudité que du reste, même s’il réalise que peu ont compris la direction dans laquelle il allait : “J’ai tenté d’être dans l’exagération, autant que l’est Las Vegas dans la vraie vie. C’est pour ça que les numéros musicaux sont aussi mauvais. J’ai volontairement tenté de ne pas mettre de bonne musique dans ces scènes, mais, manifestement, il s’agissait d’une erreur.” 

En tout cas, 20 ans plus tard, les fans du film existent bel et bien et Showgirls a réussi, comme tous les films “maudits” sur qui le monde s’est un jour acharné, à acquérir un statut de film culte. Dommage que Berkley n’ait pu, elle aussi, en ressortir quelque chose. Elle ne serait probablement pas devenue Charlize à la place de Charlize, mais, qui sait ?

Si Theron avait joué dans Showgirls, aurait-elle pu jouer 20 ans plus tard dans Mad Max ?

Le Festival de Cannes en vidéo Emissions d'Actu

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *